Accueil Nos témoignages Les Référents Santé IPSI portrait d'un référent santé: Alain Ducos (FRAT)
portrait d'un référent santé: Alain Ducos (FRAT) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Jeudi, 10 Juin 2010 14:37

 Après 1 an d'existence, l'IPSI donne la parole à un de ses référents santé, qui nous accueillait lors d'une réunion réseau, il nous livre ses impressions:

 Que pensez-vous de l’IPSI ?


Il s’est avéré essentiel de mettre en place un réseau  inter – structures, afin de pallier les manques sur le thème de la santé, observés comme étant facteurs importants d’échec des parcours de nos bénéficiaires.
Mutualiser les savoirs, les questionnements, les besoins, les moyens,  …, permettent d’adapter au mieux nos réponses respectives, à la spécificité de nos publics.
En effet, la santé est un sujet qui revient souvent dans nos suivis, elle est régulièrement  handicapante dans les parcours.


Sur quoi fallait-il le plus travailler ?


Il faut bien reconnaître que le système de santé, en perpétuelle refonte, n’est pas très lisible pour ces publics en difficulté, et qu’il est nécessaire de permettre une meilleure visibilité de la démarche de soin, aux personnes que nous accompagnons.
Conduite addictive, manque de considération pour le sujet de la santé, non-respect des protocoles de soins, blessures psychologiques, …, sont autant de facteurs d’échecs pour nos publics, lorsqu’ils ne sont pas pris en compte dans leur projet.

Comment l’IPSI a-t-il pu apporter un mieux ?


Dans la plupart des cas, l’amélioration du problème, lorsqu’il est soulevé, est attendue quasi-instantanément. C’est  dans cette attente que nous nous devons d’accompagner les gens,  en leur expliquant, parfois en les accompagnants physiquement, en leur permettant de maintenir le lien, et donc une continuité, avec les professionnels du soin et de la prévention.
En effet, il n’est pas dans nos missions de se substituer à ces professionnels, mais c’est à nous d’orienter, de donner du sens, de se compléter, dans le but de permettre une prise en charge complète et pérenne des problématiques de santé rencontrées par nos usagers.
Il est nécessaire de « décloisonner » les pratiques, que l’éducatif et le médical avancent ensemble. Nos contraintes institutionnelles respectives font que nous sommes amenés, parfois sous prétexte de « discrétion », de « secret professionnel », ou autre, à ne pas se rencontrer, et donc se coordonner, dans le cadre de nos suivis, et ce au détriment de notre public.
L’IPSI nous permet de mieux nous identifier, de mieux comprendre nos pratiques, afin de proposer des actions, et un meilleur accompagnement.


Que vous a apporté la formation de référent santé du réseau IPSI ?


Une connaissance globale des dispositifs de prévention, des professionnels qui interviennent dans ce champ ; une initiation parfois à la mise en place d’outils d’accompagnement au changement.
Cela m’a personnellement conforté dans le fait que la santé doit être remise au premier plan dans nos accompagnements, qu’elle devient de plus en plus importante dans la prise en compte des sujets accueillis.
Cette formation me permet de mieux observer, de repérer les demandes (verbales, non-verbales), et d’accompagner les personnes tout en les laissant acteurs de leur parcours.


Les membres du dispositif IPSI se retrouvent en réunion réseau tout les 2 mois. Comment se déroulent ces réunions?


Périodiques, elles permettent de se mettre à jour, de s’actualiser, sur divers thèmes, de rencontrer des professionnels des champs du social comme de la santé (comme par exemple la dernière rencontre avec des structures d’accompagnement psychologique), de se donner des infos, d’échanger, ce qui permet à chacun de s’évaluer, et donc de s’améliorer dans sa pratique.
Enfin, cela nous permet de mettre en place des actions, comme par exemple le forum santé du 8 Juin, d’élargir notre réseau, de cultiver les différences et ainsi s’enrichir.

Fichiers joints:
Télécharger ce fichier (IMGP0252.JPG)IMGP0252.JPG
Mise à jour le Mercredi, 23 Juin 2010 09:23
 
 

Flash Info

La CPAM 83 propose des ateliers "Bientôt maman".

Durant 2 heures, les participantes peuvent rencontrer des conseillers de l’Assurance Maladie, une conseillère sociale de la Caf et une sage femme de la PMI pouvant les informer et répondre à leurs questions.

Ces ateliers sont gratuits, n'hésitez pas à en parler autour vous !